Un nouveau programme permettant de créer de l'argent quantique interdirait toute contrefaçon.

A l'instar des espèces ordinaires, il serait possible d'échanger des espèces quantiques pour obtenir des marchandises. Elles seraient échangées via l'Internet sans nécessiter de passer par des tiers tels que les banques ou les émetteurs de cartes de crédit. Cela rendrait les transactions anonymes et difficiles à repérer, à la différence des transactions en ligne d'aujourd'hui, qui laissent toujours une trace électronique. C'est un avantage important par rapport à l'argent tel que nous le connaissons aujourd'hui. L'autre avantage est qu'il est impossible de copier les états quantiques ; en conséquence, il est impossible de falsifier l'argent quantique.

Cependant, l'argent quantique doit avoir une autre propriété : tout le monde doit pouvoir s'assurer qu'il est authentique. C'est là que le bât blesse, car mesurer les états quantiques tend à les détruire. Cela revient un peu à faire brûler un billet de banque pour s'assurer de son authenticité.

Il existe cependant un moyen de contourner ce problème, fondé sur les principes du chiffrement par clé publique. Il s'agit donc de trouver un procédé mathématique facilement applicable dans un sens, mais difficile à déchiffrer dans l'autre. La multiplication en est un exemple connu. Il est facile de multiplier deux nombres pour en obtenir un troisième, mais difficile de partir de celui-ci pour trouver les deux nombres multipliés. Pour les gourous de l'argent quantique, il s'agit de savoir si un procédé asymétrique similaire offrira les mêmes garanties de sécurité.

Un groupe de recherche dirigé par Edward Farhi a développé l'argent quantique sécurisé à partir d'un nouveau type d'asymétrie. Les chercheurs se sont inspirés de la théorie des noeuds, branche de la topologie qui traite des noeuds et des liens. La sécurité recherchée pour le programme d'argent quantique proposé repose sur l'hypothèse que, pour deux noeuds apparemment différents mais équivalents, il est difficile de trouver explicitement une transformation de l'un pour remplacer l'autre.

Source :