Des scientifiques sud-coréens, américains et indiens ont inventé un nouveau modèle de sécurisation des transferts de données sur les réseaux informatiques. La méthode de sécurité la plus couramment utilisée pour éviter que les données ne tombent entre les mains de personnes malintentionnées est le chiffrement. Toutefois, vu la complexité des calculs associés, sa mise en ?uvre sur un réseau se caractérise par un coût élevé. Le principe du modèle proposé consiste à fractionner les données à transférer en un grand nombre de petites parties. En assemblant à nouveau ces parties, on retrouve le contenu original des données, mais uniquement si les données sont regroupées d'une certaine manière (comme pour les pièces d'un puzzle). Le destinataire des données est le seul à connaître la méthode de reconstitution de l'ensemble. Un utilisateur non autorisé qui intercepterait les fragments de message n'aurait pas assez d'informations pour assembler correctement les éléments de la communication et ne pourrait donc pas lire le message.

Source :